La chasse est ouverte, place aux accords giboyeux!

e0518e96-924d-4dbe-8d0f-10b002e6c519.jpg

L’automne s’est installé. Avec lui, les senteurs de sous-bois, d’humus, et cette fraîcheur qui met les sens en éveil. Comme une envie de chasse … et la perspective de déguster des crus fort différents de ceux qui nous ont régalés au cours de l’été.
 
Râble de lièvre, noisette de chevreuil, civet de cerf, perdreau aux cèpes, comment s’y retrouver lorsqu’il s’agit d’associer un vin à ces mets de saison ?
 
Les saveurs intenses d’un gibier à poil imposent un vin séveux, opulent, concentré, aux notes de venaison, élevé en barriques, comme notre cru d’exception « 3G », assemblage de cépages nobles, notre « Gamaret-Garanoir Orpheus » ou encore un vin du Piémont, de pur nebbiolo, « Barolo Serralunga ».
La chair du chevreuil, plus fine, et ses accompagnements traditionnels, confiture d’airelles, poires fondantes, préfère le grain soyeux, les notes de sous-bois et de baies sauvages d’un cru comme le « Plant Robert », « Gamay Vieilles Vignes Orpheus », sans oublier les notes merlotées d’un Bordeaux, « Le Secret de Lestrille ».
Délicate, la chair du gibier à plumes se fait complice de crus élégants : un « Pinot Noir Orpheus» élevé en barrique, aux accents poivrés, souligne en finesse un perdreau farci aux cèpes, un faisan rôti au vin rouge.
 
Si votre cave recèle d’anciens millésimes, voici l’occasion rêvée de les servir avec un gibier. Les arômes animaux, musc, cuir, fourrure, sont l’apanage des vins rouges parvenus à leur apogée, à l’automne de leur vie, et s’accordent à merveille avec la chasse.
 
Et les vins blancs ? Surprenez vos convives en servant un faisan à la choucroute avec un Riesling-Sylvaner, une caille aigre-douce au pamplemousse avec un assemblage de cépages blancs passerillés, « Orpheus vin doux », aux notes d’agrumes.
 
Vin et gibier, un jeu aux possibilités infinies pour l’épicurien qui sommeille en chacun de nous. Des amours sauvages, des accords à délier les langues …